Coup d’Etat au Mali : «la CEDEAO n’a pas voulu prendre des mesures draconiennes contre le Mali», Alpha Barry

Partager sur:

Le 30 mai 2021 s’est tenu un sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest à Accra sur le coup d’Etat au Mali. Au cours des échanges lors du sommet, il a été décidé de la suspension du Mali des instances décisionnelles de la communauté.

Un Premier ministre civil, la tenue des élections démocratiques le 27 Février 2022, sont entre autres les décisions prises le dimanche 30 Mai 2021 lors du sommet extraordinaire à Accra sur la situation du Mali. En effet, au cours dudit sommet, les chefs d’Etats ont condamné « fermement » le double coup d’Etat et ont invité les autorités de la transition à respecter le calendrier électoral.

Selon le ministre des Affaires étrangères et de la coopération du Burkina Faso, Alpha Barry présent au sommet, il s’agit d’accompagner le Mali à des élections paisibles au regard de la situation économique, et de celle sécuritaire. « Il faut accompagner le Mali dans cette situation difficile au regard de sa situation économique et sécuritaire pour que le pays arrive à la fin d’une transition(…). Autant il faut accompagner le Mali, il a été également demandé à la communauté d’accompagner le Mali. Donc si tous ceux-là se retire, le Mali sera encore plus dans une situation difficile. C’est tenant compte de cette situation que la CEDEAO n’a pas voulu prendre des mesures draconiennes du genre fermeture des frontières, blocages financiers mais la sanction parce qu’il s’agit d’une situation qualifiée de coup d’Etat » a déclaré Alpha Barry. A noter que suite à la situation du Mali, le président français Emmanuel lors d’un entretien accordé au journal du dimanche avait pris l’engagement de retirer les soldats français du pays.

Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *