Epidémie d’Ebola : Le vieux démon de retour en Guinée

Partager sur:

Après l’annonce de trois décès dans la région de Nzérékoré, la Guinée a officiellement annoncé dimanche qu’elle fait face à nouveau à l’épidémie d’Ebola. Une épidémie qui resurgie dans un monde frappé par la pandémie à coronavirus.

Alors que la pandémie à coronavirus qui a mis le monde en branle n’a pas encore dit son dernier mot, l’épidémie d’Ébola qui s’était plus ou moins rangée tente de refaire surface. Cinq ans après la fin de l’épidémie d’Ebola en Guinée, le pays a déclaré officiellement à nouveau qu’elle est confrontée à une épidémie d’Ebola après la mort d’au moins 3 personnes à cause du virus. Ces personnes décédées et quatre autres ont été atteintes de diarrhée, de vomissements et de saignements après avoir assisté à l’enterrement d’une infirmière.

L’annonce de cette résurgence en Guinée, fait revivre ces périodes cauchemardesques  que des Etats africains ont connus.  Entre 2013 et 2016, plus de 11 000 personnes sont mortes lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. La Guinée, la Lybie et la Sierra Leone  ont été touchés en premières lignes. En réponse à cette épidémie, qui a principalement touché la Guinée et ses voisins, le Liberia et la Sierra Leone, plusieurs vaccins ont été testés, qui ont depuis été utilisés avec succès pour lutter contre les épidémies en République démocratique du Congo.

Pour cette épidémie qui a regagné la Guinée, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’elle va déployer rapidement des moyens, dont les doses de vaccin, pour appuyer la Guinée. « L’arsenal est aujourd’hui plus étendu et nous devons en tirer profit pour pouvoir circonscrire cette situation le plus rapidement possible. L’OMS est alertée à tous les niveaux, au niveau du siège et en lien avec le fabriquant, pour que les doses nécessaires soient plus rapidement possible pour aider à cette riposte », a déclaré le représentant de l’OMS en Guinée. 

Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *