BEPC 2021 :« Ça va aller… Il n’y a rien de sorcier » (candidate)

Des élèves recherchant leurs noms sur les listes

Partager sur:

A jour-j -1 de l’examen du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) des élèves sont à la recherche de leurs salles de composition. Ce sont des élèves, stressés pour les un, rassurés pour les autres qu’une équipe de filinfos.net a rencontré dans des centres de compositions de la ville de Ouagadougou.

Lundi 21 juin 2021, la veille de l’examen du BEPC session 2021. Il est 16 heures au collège privé Wend-Manegda de Ouagadougou. La cour grouille un peu de monde. Quelques motos garées au portail. Pendant que quelques élèves sortent de la cour, certains font leur entrée. L’objectif est connu :  trouver sa salle de composition. « Je suis venue chercher ma salle de composition » atteste Abdoul Rachid Zongo, candidat au BEPC. Après avoir retrouvé sa salle de composition, le jeune garçon souhaite que Allah couronne ses efforts de succès. Il en souhaite de même pour ses camarades. Il a profité de l’occasion pour remercier ses enseignants pour leurs efforts consentis au cours de l’année scolaire.

Aïcha Sané a accompagné sa fille pour voir sa salle de classe

Toujours dans le même centre d’examen, Aïcha Sané a accompagné sa fille pour voir sa salle de classe. Un geste qui selon dame Sané se veut être un soutien à son rejeton. « Si je l’ai accompagné, je me dis qu’elle sera contente de l’action que j’ai posée et elle sera moins stressée », a laissé entendre la mère de la candidate. « Je veux tout simplement qu’elle sache que le BEPC, est un don de Dieu », a-t-elle conseillé avant de prononcer ses vœux de succès à tous les candidats.

« Ça va aller »

Au lycée municipale Bambata, l’affluence est un peu plus massive. En groupe ou individuellement, des élèves viennent chercher leurs noms sur les listes coller aux portes des salles de composition. Certains se livrent aux causettes.  Quelques élèves sont accompagnés de leurs parents. Parmi les candidats, certains se veulent rassurant. « Ça va aller », clame Rachidatou Sankandé, candidate. Elle poursuit qu’elle a eu le temps de préparer sa monture avant ce jour. « Il n’y a rien de sorcier, c’est tout ce que nous avons eu à voir en classe qui va venir », a-t-elle affirmé en affichant un léger sourire.   

L’arrivé du matériel d’examen au Lycée Municipal Bambata

Même son de cloche pour Abdoul Aziz Sana, aussi venu rechercher sa salle de composition. « J’ai déjà trouvé ma salle », lance le jeune homme. Convaincu du travail abattu au cours de l’année scolaire, Abdoul Aziz ne doute pas que la moisson sera bonne. « Je souhaite bonne chance à nous tous et que nous gagnons le BEPC avec entrée en seconde », déclare le jeune homme.

Des Cascades à moins de 24 heures avant le BEPC

Des élèves qui se livrent à des Cascades au lycée Marienne N´Gouabi

Au lycée Marien N´Gouabi, l’ambiance n’est pas loin d’être festive. Les ronronnements de motos, se font entendre, des rires de gauche à droite entremêlés de cris. Dans ce même climat, des élèves effectuent leurs derniers réglages avant le lancement des hostilités. D’autres par contre se livrent à des cascades à motos au terrain de l’école. Il a fallu la présence d’un gendarme pour mettre fins aux jeux de risques des élèves. Djamila, a difficilement retrouvé sa salle de composition, quelque peu esseulée, le stresse se fait ressentir. Sa voix est tremblante. Face à notre enregistreur, la candidate dit ne pas pouvoir répondre à nos questions. Par ailleurs, elle nous donne rendez-vous à la proclamation des résultats.

Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *