Attaque de Solhan : La coordination nationale des osc pour la patrie demande la démission du gouvernement

Partager sur:

Le mercredi 16 juin 2021, la coordination nationale des osc pour la patrie a organisé une conférence de presse sur la situation du pays. Lors de ce rendez-vous avec la presse, les conférenciers sont revenus sur l’attaque de Solhan qui a fait plus d’une centaine de morts.  

Au cours de la conférence de presse, les représentants de la coordination nationale des osc sont revenus sur l’attaque de Solhan qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Selon Marcel Tankouano, on retient une irresponsabilité du gouvernement à sécuriser le pays. A cet effet, la coordination « prie » le président du Faso de « bien vouloir dissoudre le gouvernement le plutôt possible pour incompétence notoire » a déclaré Marcel Tankouano et d’ajouter que « en tout état de cause, si notre pays, le Burkina Faso arrivait à connaître encore une telle forfaiture soyez en sûr excellence M. Le Président, nous nous réservons le droit d’appeler le peuple dans les rues ».

Selon la COP, la situation actuelle au Burkina Faso est « grave » et le gouvernement Dabiré II est en carence de solutions, de stratégies et de plan de lutte contre les actions de l’ennemi. Pour les premiers responsables de la coordination, il a fallu l’attaque de Solhan pour qu’il y ait un décret portant création d’une force spéciale. Un décret selon la coordination qui permet au gouvernement de ne pas être justiciables d’éventuels crimes ou délits qu’elles pourraient avoir dans l’exercice de leurs fonctions.

Pour Pascal Zaida, il ne s’agit pas pour la coordination d’avoir une « dent » contre la personne de Christophe Joseph Marie Dabiré. De son avis le gouvernement burkinabé semble n’avoir encore pris conscience de la réalité que vivent les burkinabè dans les zones à risque. « Si le Premier ministre n’est pas en mesure de garantir la sécurité du pays, qu’il démissionne » a -t-il conclu.

The following two tabs change content below.
Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *