Attaque de Solhan : Le CSC tape du poing sur la table.

Partager sur:

 Le conseil supérieur de la communication a tenu ce mercredi 9 juin 2021 une conférence de presse sur les manquements liés au traitement de l’information suite à l’attaque meurtrière de Solhan.

Cette conférence de presse du CSC se tient après les publications sur le “nombre inexact” des victimes de l’attaque de Solhan, le retour des terroristes sur le lieu de l’attaque qui se seraient emparés des vivres et du bétail des populations et l’information sur l’attaque sur l’axe Dori-Seeba. Pour le conseil supérieur de la communication ces informations constituent des manquements liés au traitement de l’information.

Pour le CSC il faut rappeler aux hommes de média les règles de déontologie et d’éthique liées au traitement de l’information. 9 médias audiovisuels et 9 médias en ligne ont été à cet effet déjà épinglés par le Conseil supérieur de la communication. RFI et la Radio nationale ont aussi été convoquées pour une audition les prochains jours.

Pour Mathias TANKOANO, président du Conseil supérieur de la communication, il ne s’agit pas de punir « qui que ce soit ». Les sanctions qui s’imposent ont pour objectif de ramener les médias sur le droit chemin au lieu de permettre à ces derniers de fouler au pied leur responsabilité sociale à travers “des publications faites au mépris des règles sacro-saintes de la déontologie professionnelle”.  A l’en croire le professionnalisme du journaliste a été remis en cause depuis la dernière attaque dans la nuit de vendredi 4 au samedi 5 juin dans le village de Solhan.

Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *