Saint Valentin : fête de l’amour ou de l’hypocrisie ?

Saint Valentin
Partager sur:

La Saint valentin est encore là. Moment solennel dédié à l’amour, le jour où tout le monde veut prouver son amour à l’autre. Le dévouement et l’excitation de certains pour cette fête païenne pour les uns et chrétienne pour les autres suscitent beaucoup d’interrogations. Mais allons step by step comme le disent les anglais. Quelles sont les origines de cette fête ?

Pour certains la Saint-Valentin serait païenne. Elle remonterait à la Rome antique. À cette époque, on fêtait les Lupercales entre le 13 et le 15 février de chaque année. Une fête bien moins romantique que notre Saint-Valentin. Un bouc était alors sacrifié dans la grotte dans laquelle, selon la légende, la louve avait allaité Romulus et Rémus. Enduits du sang de ce bouc, les jeunes gens de bonne famille couraient ensuite les rues pour fouetter les femmes de lanières de peau. Objectif : les rendre fécondes. C’est également ce jour que les jeunes gens tiraient au sort le nom de celle qui serait leur partenaire pour le restant de l’année.

D’autres affirment que nous devons la Saint-Valentin à un martyr de l’Église catholique, Valentinus. Alors que l’empereur romain Claudius deuxième du nom, avait interdit les mariages -pour encourager les soldats à partir plus nombreux à la guerre – ce prêtre aurait  continué sous cape à marier les amoureux. Un engagement qui lui a valu l’emprisonnement puis l’exécution… un 14 février. Le pape aurait aboli les Lupercales et nommé Saint-Valentin, saint patron des amoureux.

Saint Valentin : le jeu de cache-cache

Quelle que soit l’origine de cette fête, l’amour est le sujet principal. La Saint Valentin est devenue une fête planétaire et a dépassé les frontières de l’empire romain. Plusieurs Burkinabè s’activent pour vivre cette fête. Les boutiques se mettent aux couleurs de l’amour et certains cherchent le meilleur cadeau pour faire plaisir à leur partenaire. Le hic dans toute cette excitation est que la Saint-Valentin met en lumière l’hypocrisie de certains. Ils emballent plusieurs cadeaux pour des destinataires différents. En effet ils sont acteurs principaux dans plusieurs relations et sont obligés de donner à chacun un cadeau pour manifester leur soit disant « amour ». Certains recevront plusieurs cadeaux pourtant en faisant leur déclaration d’amour ils ont dit des mots doux du genre « tu es mon seul amour », « sans toi je ne peux pas vivre ».

Voyez vous-même. On se ment souvent le temps d’une journée et le lendemain on devient comme Saul avant sa conversion. Saint Valentin est même l’instrument de mesure du degré d’amour. Gare à celui ou celle qui ne sera pas disponible ce jour pour l’autre. Ça pourrait être la fin de la relation.

Bonne fête de « Sein Valentin »

En effet chaque 14 février on voit tout et absolument tout. Enfants et adultes sont dans la danse. Il n’y a encore pas longtemps, au primaire et dans les premières années du secondaire cette fête passait inaperçue. Cependant lorsqu’il arrivait de rencontrer des jeunes qui s’en souciaient, une lettre d’amour suffisait. On avait d’ailleurs une formule magique toute faite pour débuter ces missives. « C’est avec un cœur plein d’amour que je me suis mis à table pour t’écrire cette lettre d’amour… ».

Les temps ont changé. Les tout-petits  ont atteint un autre level. Ils font emballer des cadeaux et n’hésitent pas à matérialiser leur amour par des bisous, quant ils ne vont pas plus loin. Au niveau des plus grands c’est presque devenu une obligation d’aller plus loin. Si la Saint-Valentin était un film, elle serait accompagnée du pictogramme moins de 18 ans. Certains pensent que c’est l’occasion pour coûte que coûte consommer leur amour.

Une chose est sûre, cette fête rapproche certains et séparent d’autres. Les moins chanceux finissent par se rendre compte qu’ils sont dans une relation dans laquelle ils sont en réalité le second amour.

Bonne fête à tous !

Puisse Saint Valentin faire de sortes que chacun soit le premier choix, le titulaire.

The following two tabs change content below.
Lino Ramdé

Lino Ramdé

Journaliste
Partager sur:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *